Hexagon Universe Agrandir

Hexagon Universe

Des êtres extraordinaires arpentent nos rues. Certains sont doués de facultés supérieures. D’autres sont capables de réaliser de véritables prodiges. Leurs pouvoirs sont des dons, des aptitudes développées au contact de sources d’énergie inexplicables. Et tous défient l’entendement pour la plupart des mortels.

Plus de détails

29,90 €



HEXL01

12 pièces disponibles

De nos jours, une poignée de super-héros combat les projets des supers-criminels qui menacent l’équilibre fragile du monde.

 

Ce premier livre pour Hexagon Universe contient…

  • Une présentation de l’univers partagé Hexagon ;
  • Des règles de création de super-pouvoirs originaux qui permettront aux joueurs de créer un super-héros unique ;
  • Un système de jeu souple qui laisse la part belle au roleplay ;
  • Le C.L.A.S.H., une organisation des Nations Unies composée d’agents voués à la défense de la Terre ;
  • CRIMEN, un puissant cartel criminel qui fait trembler bien des États ;
  • Un scénario pour se lancer dans Hexagon Universe ;
  • Une bibliographie complète de Hexagon, ainsi que son histoire éditoriale dans la bande dessinée.

 

« Il fut un temps – bien avant la naissance des éditions Soleil, Delcourt et autres – où la bande dessinée en France se résumait pour les enfants sages à Spirou, Tintin, Pilote et Vaillant (celui-ci ne s’appelait pas encore Pif-Gadget) et Le Journal de Mickey pour les plus petits ; et pour les autres, à des magazines de petit format que l’on trouvait en kiosque tels Akim, Zembla, Eclipso, Super Boy, etc.

Les premiers étaient l’apanage des rejetons de bonnes familles et tolérés dans les écoles ; les seconds étaient lus par les enfants incultes d’un prolétariat alcoolique et étaient immédiatement confisqués et sanctionnés par des heures de retenues lorsque découverts entre les mains des bambins hagards. C’était les années 1960 : on était encore en pleine lutte des classes. Le sabre et le goupillon affrontaient la faucille et le marteau.

Pour ma part, traître à mes origines sociales favorisées, je m’acoquinai avec de petits camarades qui n’hésitaient à m’échanger mes beaux Spirou et Tintin contre de glauques Ombrax, Nevada ou – pire encore ! – les Étranges Aventures et Aventures Fiction de l’éditeur Arédit de Tourcoing, prétendument réservés aux adultes ! (on croit rêver dans la mesure où ces fascicules ne faisaient de reproduire d’honnêtes comics de chez DC, en noir et blanc de surcroît !)

Puis, en 1969, ce fut l’irruption de Fantask, magazine en couleur produit par les éditions Lug de Lyon, qui révéla les Fantastiques, l’Araignée et le Surfer d’Argent aux jeunes Français. Vite terrassé par l’impitoyable censure de l’époque, il fut suivi de Strange, puis de Marvel, sur lesquels il n’est pas sans doute pas besoin de revenir aujourd’hui.

Ce dont peu de gens se souviennent, c’est que parallèlement à ces héros importés de chez Marvel, les éditions Lug – sous la houlette de Marcel Navarro et du scénariste Claude Legrand, épaulés par une une merveilleuse équipe de dessinateurs, italiens pour la plupart (Luciano Bernasconi, Franco Oneta, Annibale Casabianca, Rafaelle Paparella, Giorgio Trevisan, etc.) – avaient commencé à construire leur propre univers, et ce depuis le lancement de Zembla en 1963. Ces bandes dessinées étaient d’ailleurs souvent inspirées de comics de l’époque.

Hélas, les séries étaient généralement plus courtes, les personnages se croisaient rarement et il leur manquait, pour tout dire, la cohésion qu’un Stan Lee avait su conférer à ses propres créations. Néanmoins, jeune lecteur, j’étais tout aussi fan de Wampus, de Mister Song, du Prince Kabur, de Jaleb le Télépathe, du mystérieux Homicron et du puissant Ozark que je ne l’étais du Surfer d’Argent, des X-Men, d’Iron Man, voire de Superman ou de Batman.

 

Maintenant, nous allons effectuer ensemble un gigantesque fast forward de pratiquement trente ans. Me voici en 2000 aux États-Unis d’Amérique, où j’ai eu le privilège (avec mon épouse Randy) d’effectuer une carrière de scénariste qui m’a conduite — oh joie ! — à écrire des aventures de certains de ces héros de ma jeunesse, dont Superman ou le Docteur Strange…

En France, à la même époque, quasiment plus personne ne se souvenait des héros de Lug, à part peut-être de Zembla ou de l’étonnant Wampus. Plus personne ? Que nenni, car Thierry Mornet – chez l’éditeur SEMIC, successeur de Lug – persistait à rééditer une poignée de ces vieilles aventures. Séduit par l’idée de relancer ces héros sur le modèle américain qui les avait inspirés, il me donna carte blanche pour ce relaunch… Et on vit ainsi revivre Kabur et Phénix, Wampus et Homicron, Zembla et Starlock… Cette brève renaissance ne dura, hélas, que trois ans avant la disparition dudit éditeur. Mais cette fois, les auteurs-créateurs ne jetèrent pas l’éponge et se regroupèrent en une association « Hexagon Comics », dont le but principal était et est toujours de pérenniser leurs œuvres.

C’est ainsi que l’éditeur Rivière Blanche réédite depuis deux ans déjà des intégrales des séries majeures « classiques » (voir http://www.riviereblanche.com/hexagoncomics.htm) et, qu’en association avec Wanga Comics, nous avons poursuivi les aventures de certains de ces héros dans les magazines Strangers. Plusieurs de ces personnages ont même émigré dans des romans et recueils de nouvelles, également publiés chez Rivière Blanche.

 

C’est cet univers, qui a fêté ses cinquante ans en 2013 (Zembla n° 1 date de juillet 1963 !), que vous allez sans doute découvrir pour la première fois.

Par beaucoup de côtés, il n’a pas à rougir de la comparaison avec ses modèles américains plus célèbres. S’il n’a pas eu l’envergure de ces derniers, ce n’est pas le contenu qui est en cause mais les marasmes de l’édition et de la distribution de la bande dessinée en France. Marvel et DC ont survécu à la disparition du kiosque à journaux, qui s’est révélée fatale pour Lug. De nouvelles équipes américaines ont su se succéder pour se repasser le flambeau alors que chez nous, les successions, abandons et départs en retraite ont été fatals à la continuité de nos héros.

Mais qu’importe ! L’aventure continue aujourd’hui et le livre que vous tenez entre vos mains est plus qu’un simple jeu de rôle : c’est l’extension d’un héritage de cinquante ans de créativité de la part d’auteurs français, italiens, espagnols et mexicains.

 

Bienvenue dans l’univers Hexagon ! »

 

– Jean-Marc Lofficier, juillet 2013




Personnages et concepts © & TM 2014 Mosaic Multimedia

  • Pagination : 176 pages
  • Couverture souple
  • Écran du meneur de jeu vendu séparément
  • Quels dés (vendus séparément) pour jouer ? d6

Jeux ou suppléments dans la même catégorie

  • L'Écran du Meneur de Jeu
  • Apocalypse
  • Hexagon
  • Strangers, vol.1
  • Strangers, vol.2
  • Aventuriers & Seigneurs de la Jungle
  • Les Rois des Profondeurs